Charte(r)

(English version below)

Charte de la pratiquante et du pratiquant – Via Bruxellensis

  1. Le club est dédié à la pratique des Arts Martiaux Historiques Européens, une discipline qui consiste à étudier des sources historiques de techniques de combat pour les pratiquer dans un cadre moderne.
  2. Il s’agit d’un art martial. La finalité de la pratique n’est pas de devenir plus fort.e et meilleur.e qu’une autre personne, mais de devenir une version plus forte et meilleure de soi-même. Notre seul ennemi est nous-même, les autres participant.e.s sont nos ami.e.s et partenaires de pratique.
  3. Il n’y a pas d’obligation à suivre tous les cours de façon soutenue, je viens et je pratique selon mes disponibilités et mes capacités. Il n’est par contre plus à démontrer qu’évoluer plus vite et mieux est corrélé à un plus grand investissement personnel dans la pratique.
  4. Je suis responsable de mon propre avancement dans ma pratique. C’est un art de développement de soi, je ne dois donc pas hésiter à demander aux autres pratiquant.e.s des conseils et des astuces pour m’améliorer. Les autres pratiquant.e.s se doivent de me laisser ma bulle afin que je puisse me concentrer sur ce que je fais. Mais si j’ai le moindre doute ou la moindre question, je dois poser la question, les autres membres seront là pour partager avec bienveillance leur expérience et leur savoir, peu importe leur niveau.
  5. En tant que cet autre membre, même plus expérimenté.e, instructeur.trice y compris, je me dois de respecter cet espace personnel d’évolution et ne doit pas interrompre l’exercice pour donner des conseils non sollicités, même si cela part d’une très bonne volonté. Il faut que le conseil soit demandé et sollicité par la personne elle-même. Même si cela amène à ne pas pouvoir correctement faire un exercice, ce n’est pas grave, je change régulièrement de partenaire de pratique.
  6. Ma responsabilité en tant que personne plus expérimentée est de faire ma part de l’exercice de la façon la plus correcte et la plus précise. J’ai toujours quelque chose à améliorer, même si c’est la simple frappe de base, mon déplacement, ma dynamique, ma trajectoire, mon timing, etc. doivent toujours être travaillés finement. Si je garde mon esprit focalisé sur l’amélioration personnelle, je ne m’ennuierai jamais au cours, quel que soit l’exercice. Je n’interviens auprès de mon ou ma partenaire que si une demande ou question est explicitement exprimée par lui ou elle, afin de respecter sa bulle et son processus d’apprentissage.
  7. Je dois aussi adapter l’intensité, en force et en vitesse, aux capacités de mon.ma partenaire de pratique. Je dois lui offrir des conditions qui lui permettent de réussir environ 70 à 80% du temps. Trop facile et la personne n’apprendra rien. Trop difficile et la personne n’apprendra rien. Je m’adapte par mes actes avant tout.
  8. Le seul cas où je peux faire une remarque non sollicitée concerne une situation qui peut, sur le moment ou sur le long terme, porter atteinte à l’intégrité physique ou à la santé de quelqu’un.
  9. Tout au long de ma pratique, ma priorité est sur la sécurité, celles des autres comme la mienne. Que ce soit par l’intensité de mes coups et de leur retenue, la précision de l’endroit visé, de ma bonne structure corporelle pour épargner mes articulations et tendons, etc.
  10. Il existe en dehors des cours de nombreux évènements qui me permettent de pratiquer encore plus. Une partie d’entre eux seront affichés au cours, voire annoncés au cours. Ce sera aussi régulièrement mis à jour dans la section Events du site web. Je suis responsable de régulièrement y jeter un œil.
  11. Le cours commence à une heure précise et termine à une heure précise. Dans cet intervalle de temps, je me dévoue à la pratique des AMHE.
  12. Quand le cours commence, mes affaires requises pour la pratique (équipements de protection, simulateurs, boisson, etc.) sont à portée de main pour que je ne perde pas de temps pendant le cours à aller les chercher.
  13. Le club est la somme de toutes et tous ses membres. Le club a besoin du concours de toutes et tous ses membres pour en faire chaque année une réussite pour toutes et tous.
  14. Quand je pratique, je suis entièrement en contrôle de moi-même, je ne suis pas diminué.e par la prise de substance psychotropes, alcool y compris. Conjointement, l’usage de substances dopantes ne m’aidera pas à avancer sur la voie martiale et est à proscrire, car elle représente un danger pour moi comme pour mes partenaires de pratique.
  15. Pour des raisons de sécurité, la mienne et celle des autres, je ne porte pas de bijoux, montres, colliers, boucles d’oreille, etc. durant le cours.
  16. Bien que je manie un simulateur d’arme (en bois, en plastique, en acier, peu importe), je traite mon outil avec le même respect et la même défiance que s’il s’agissait d’une vraie arme crée pour blesser voire tuer. Je n’appuie pas la pointe d’une lame sur le sol ou sur mon pied, je ne porte pas le simulateur d’une façon qui pourrait frapper quelqu’un d’autre autour de moi. Je reste toujours vigilant.e quant à l’usage et au port de mon équipement. Je ne fais pas tomber mon épée par terre. Des pénalités (en pompages) seront appliquées.
    Ce respect s’applique au reste de mon matériel, du matériel qui m’est fourni et des lieux.
  17. Quand une explication d’exercice est donnée, je porte toute mon attention à ce qui est expliqué et ce qui est montré, la majorité de l’information sur l’exercice est dans les mouvements démontrés, plus que dans les phrases prononcées. Pendant ces moments, je ne discute pas avec quelqu’un d’autre, cela priverait plusieurs personnes, dont moi-même, des informations de l’exercice en cours.
  18. Sauf pour des raisons de sécurité ou de santé, je reste physiquement et mentalement présent.e durant le cours. Je reste actif physiquement (je ne vais pas m’asseoir) et mentalement (je reste attentif.ve et concentré.e), cela fait partie de l’amélioration de ma discipline martiale. Même si jamais je ne finirai dans un combat, je m’y prépare néanmoins et dans un combat, il n’y a pas de place pour l’inattention et le repos. Si j’ai besoin de me reposer, la grande majorité du temps, marcher calmement en prenant le temps de respirer sera plus profitable et plus efficace pour mon corps que de m’asseoir.
  19. Je salue à l’ouverture du cours. Je salue à la fermeture du cours (ou quand je le quitte si je dois partir plus tôt). Je salue également mon.ma partenaire de pratique au début d’un espace de pratique à deux, pour signifier que je ferai de mon mieux, tout en respectant la personne en face de moi. Je salue mon.ma partenaire à la fin d’un espace de pratique à deux pour la.le remercier de m’avoir consacré son temps et son énergie.
  20. Si j’ai l’impression que quelque chose ne se passe pas bien, que ce soit vis-à-vis de moi, d’un.e autre pratiquant.e ou vis-à-vis du cours, je fais part de mes interrogations et/ou craintes aux responsables du club au plus tôt.
  21. Je fais bénéficier les personnes arrivées plus récemment que moi de la bienveillance et de l’entraide dont j’ai pu bénéficier quand je suis moi-même arrivé.e dans le club. L’esprit d’accueil, d’entraide et de partage est une force reconnue de notre club.
  22. J’utilise du matériel adéquat à la pratique des AMHE, respectant les besoins de sécurités. Si je ne suis pas totalement certain.e concernant un équipement, je me renseigne auprès des responsables du club et/ou des plus anciens. Idéalement avant un achat plutôt qu’après.
  23. Les sources historiques sont LA source de notre pratique. Il peut arriver qu’une personne, instructeur.trice y compris, explique quelque chose qui aille dans un sens différent de la source. Il ne faut pas hésiter à le mentionner, il nous arrive à tous de mal interpréter, de mal retenir. En allant le plus régulièrement possible m’imprégner des sources, je m’améliore dans ma pratique des AMHE et j’évite de tomber dans les pièges du « modernisme » de la pratique.

Charter of the Practitioner – Via Bruxellensis

  1. The club is dedicated to the practice of Historical European Martial Arts, a discipline consisting in the study of fighting techniques out of historical sources to practice them in a modern context.
  2. It is a martial art. The end goal of the practice is not to become stronger and better than someone else, but to become a stronger and better version of ourselves. Our only enemy is ourselves, the other practitioners are friends and practice partners.
  3. There is no obligation at following all the classes in an intensive way, I come and practice based on my availabilities and abilities. It is clear on the other hand that faster and better personal evolution is correlated to a larger personal investment in my practice.
  4. I am responsible of my own advancement in my practice. It is an art of self-development, I must not hesitate at asking to other practitioners for advices and tips to improve myself. The other practitioners have on the other hand to respect my own bubble so that I can focus on what I do. But if I have the slightest doubt or hesitation, I must ask my question, the other members will be there to benevolently share their experience and knowledge, whatever their level.
  5. As this other member, even more experienced, instructor included, I have to respect this personal space devoted to evolution and must not interrupt the exercise to give unsolicited advice, even if it’s out of sheer goodwill. The advice must be sought and asked for by the person herself/himself. Even if then I cannot perform properly my exercise, it’s not a problem, we regularly change partner.
  6. My responsibility as experienced practitioner is to perform my part of the exercise the most correct and accurate way. I always have something to improve, even on the most basic strike, be it my structure, my dynamics, my trajectory, my timing, etc., they must always be worked on for refining. If I maintain my focus on self improvement, I will never feel bored in classes, whatever the exercise. I only provide an intervention to my partner if she or he has explicitly asked for it, so that I respect her or his personal space and learning process.
  7. I must also adapt my intensity, strength and speed to the capacities of my practice partner. I must offer conditions that will allow roughly 70 to 80% of success rate. Make it too easy and the person will learn nothing new. Make it too difficult and the person will learn nothing. I adapt myself through my actions.
  8. The only case where I’m allowed to do unsolicited remark is for situations that could result, on short term or long term, in health and safety hazards.
  9. During my practice, my main focus is on safety, the others as well as mine. Be it through my strikes intensity and their control, the accuracy of the targeted sport, my proper body structure to go easy on my joints and tendons, etc.
  10. Outside of the classes, there are numerous events allowing me to practice even more. Part of them will be displayed in class, or even announced. It will be also put on te website (Events). I am responsible for looking at these regularly.
  11. Classes begin at a specific time and end at a specific time. Within that timeframe, I’m devoted to the practice of HEMA.
  12. When class start, the gear required for the practice (weapon simulators, protective gears, drinks, etc.) are prepared around so that I’m not losing time during the class to get them.
  13. The club is the sum of all its members. The club needs the involvement and help from everyone to make it, year after year, a success benefiting to everybody.
  14. When I practice, I’m in full control of myself, I’m not diminished by the use of psychotropic substances, alcohol included. In the same way, the use of doping substances will not help me move forward on the martial way and is strictly forbidden, as it represents a hazard to myself as well as to my practice partners.
  15. For safety reasons, others, and mine, I don’t wear jewelry, watches, necklace, earrings, etc. during the classes.
  16. Although I handle a weapon simulator (wood, plastic, steel, whatever), I treat my tool with the same respect and defiance as if it was a real weapon made to wound or to kill. I don’t put the tip on the ground or on my foot, I don’t carry it in a way that could potentially hit someone around me. I always stay aware about the use and carry of my gear. I don’t let my sword fall to the ground. Penalties (in push-ups) will apply.
    This respect applies to the rest of my gear, to the gear provided to me and to the venue.
  17. When an exercise is explained, I focus my attention to what is said and shown, the majority of the information on the exercise lies in the demonstrated moves, more than in the pronounced words. During these explanations, I don’t chat with someone else, that would deprive many people, including myself, from the information on the exercise.
  18. Unless for safety or health reasons, I stay physically and mentally present during the class. I stay physically active (I don’t go sitting) and mentally (I stay aware and focused), it is part of the improvement of my martial discipline. Even if I will never end up in a fight, I prepare myself for it. And in a fight, there is no room for inattention and rest. If I need to rest, most of the time, a gentle walking with deep breath will be more efficient to my body than seating.
  19. I salute at the opening of the class. I salute at the closing of the class (or when I leave if I have to leave earlier). I also salute my practice partner at the beginning of a paired practice space, to signify her or him that I will do my best, while respecting the person I face. I salute my partner at  the end of the paired practice space to thank her or him for the time and energy devoted to me.
  20. If I feel like something is odd, or wrong, or going bad, be it towards me, towards another practitioner, towards the class or towards the club, I share my concerns and question to the people responsible of the club as soon as possible.
  21. I provide to the people more recent in the club than me all the benevolence and goodwill I have received when I arrived in the club. The welcoming spirit of our club, the atmosphere of sharing and caring is a recognized strength of our club.
  22. I use appropriate gear for the practice of HEMA, meeting the safety standards. If I’m not totally sure about some gear, I ask to the people responsible of the club and/or to the most experienced people. Ideally before buying than after.
  23. Historical sources are THE source for our practice. It might happen that someone, instructor included, may give an explanation going in a different way than the source. Don’t hesitate to mention it, we all can interpret in a wrong way or remember it wrongly. By going as often as possible in the sources, I will be better at my HEMA practice and I will not fall in the trap of the “modernism” bias of the practice.